DECES DE KARIM SEGA DIOUF Un Docteur ès football s’en est allé !

DECES DE KARIM SEGA DIOUF
Un Docteur ès football s’en est allé !

Karim Séga Diouf n’est plus. Le monument dans le coaching au Sénégal est décédé ce matin à 68 ans. Le foot sénégalais en général et local en particulier perd un grand Monsieur. Karim Séga Diouf, c’était son parcours, son palmarès, sa philosophie de jeu…

Ils sont nombreux, dans le milieu de football, à porter haut leur nom. A l’inscrire même au panthéon du football mondial. Carlo Ancelotti, Zinedine Zidane, Pep Guardiola ou encore Jürgen Klopp en Europe. Au Sénégal, on pouvait ranger Karim Séga Diouf dans cette lignée. Sa science du football n’était plus à démontrer. Sa capacité de manager un groupe non plus. «L’apport du coach (Karim Séga Diouf) a été déterminant. Il nous a fait comprendre qu’il avait tout gagné et que c’était à nous de prendre notre destin en main, d’avoir confiance en nous et d’inscrire notre nom au palmarès des vainqueurs», lançait son capitaine Ass Ndoye, juste après le sacre de la Douane en 2015.
Une déclaration pleine de sens et qui indiquait la manière dont le vieux chevronné avait su tirer le meilleur de son effectif pour le placer au firmament. Karim Séga, c’était la science, un docteur ès football.​

Un solide vécu sur le banc
Natif de Bargny, il y a 68 ans, Karim Séga Diouf avait débuté sa carrière d’entraineur au Saltigué de Rufisque (D1 à l’époque). Avant de diriger le Mbossé de Kaolack, puis le Ndiambour, le Port, la Jeanne d’Arc… Presque tous les grands clubs du pays. Un vrai Mohican. Ses expériences sur les différents bancs des équipes nationales (juniors, olympiques et seniors) lui donnent de solides bagages dans le coaching. Sans oublier son long passage à la Direction technique nationale de football. «Karim Séga, c’est un vieux routier. Il sait comment motiver ses joueurs avec son discours. Il est sobre et posé. Il est bien ficelé dans l’organisation tactique et technique. En plus, il connaît le football sénégalais. C’est un homme de caractère qui impose sa façon de jouer, fidèle à son tempérament. Et puis, il a su imprimer sa marque dans toutes les équipes où il est passé, avec son esprit de gagneur», admirait son ancien joueur à la Douane (1997) et au Port (2000) Alioune Abatalib Fall.

Des titres, il en a gagné​
Entré dans le métier d’entraîneur avec l’avènement de la réforme Lamine Diack en 1969, Karim Séga Diouf, ancien professeur d’éducation physique formé au Cneps de Thiès, a une fois réalisé un doublé coupe-championnat avec la Douane en 1997. Auparavant, il avait soulevé en 1986 la Coupe du Sénégal, toujours avec la Douane. Il a aussi remporté la Coupe du Sénégal en 1999 et en 2000 avec le Ndiambour et le Port, devant respectivement la Sonacos (actuelle Suneor, 1-1, 3tab0) et l’As Saloum (4-0).
Revenu sur le banc de la Douane après la relégation du club en division inférieure en 2013, Karim Séga Diouf a réussi à faire revenir les «Gabelous» en Ligue 1, un an plus tard, avec en prime le titre de champion de la Ligue 2. Avant de remporter le titre de champion du Sénégal 2015.
Pour son ancien milieu de terrain Sylvain Badji, la réussite de l’As Douanes était à chercher dans la manière de gérer de l’entraineur. «Karim Séga est comme un papa pour nous. Il est toujours proche de ses joueurs. Il discute toujours avec nous et nous conseille à chaque instant. Il nous a beaucoup apporté sur le plan physique, sur le plan du comportement, du moral… C’est quelqu’un qui n’aime pas perdre. Il n’hésite pas à mettre dehors un joueur qui ne respecte pas les consignes. Il a le même style qu’Aliou Cissé», faisait remarquer le meneur de jeu.
A noter que Karim Séga Diouf a été quart de finaliste aux Jeux olympiques de 2012 à Londres avec les «Lions». Le palmarès de Karim est comme un chapelet à égrener.

Mawade Wade, Joe Diop… comme modèles
Karim Séga Diouf était un féru du 4-3-3. Un système qu’il trouvait «évolutif. C’est la tendance actuelle. Il est de plus en plus difficile de passer dans l’axe avec le jeu défensif de certaines équipes. C’est pourquoi il est bien d’avoir des joueurs de couloir capables de contourner un bloc défensif à 3 ou à 4. C’est un schéma de jeu qui offre beaucoup de possibilités aux techniciens. Que ce soit offensivement ou défensivement. C’est une bonne base de travail pour les joueurs», détaillait le vieux routier. Parole d’évangile.
Ayant entre ses mains toutes les ficelles du métier d’entraineur, Karim Séga Diouf n’en vouait pas moins un profond respect à certains stratèges qui l’ont façonné dans ce métier. «Feu Mawade Wade, Joe Diop, Ousmane Sène «Blé», Doudou Diop, Alioune Badara Diop «Batheux» ont guidé mes premiers pas (dans le coaching). J’ai côtoyé aussi feu Ibrahima Diarra «Pacha» du Dial Diop et Mady Kouyaté «Koya». J’ai travaillé avec les meilleurs entraineurs de ma génération comme feu Youssou Touré, Bamour Fall… A l’étranger, j’ai beaucoup lu l’Italien Alberto Zaccharoni. Il m’a beaucoup apporté sur le plan tactique», listait celui qui était jusqu’ici le technicien le plus couru par la presse sportive.
Rip, coach !
Abdoulaye DIEYE (ancien Journaliste à Walf Sport et Waa Sport)